Éditions précédentes

 

Présentation

 

Université d’Automne de l’Assemblée des Femmes, 13 et 14 octobre 2018. La Rochelle

« De nouveaux enjeux pour la santé et les droits des femmes : santé et travail, santé et précarité, santé et bioéthique. »

A la veille des élections européennes du 26 mai 2019 et des débats de la prochaine session parlementaire sur la révision des lois de bioéthique, la question des droits des femmes et de leur santé, dans ses interactions avec le travail, sera le sujet de notre 26ème Université d’Automne, co-organisée avec Élu.e.s contre les violences faites aux femmes (ECVF).

L’autonomie des femmes passe par leur insertion, à égalité avec les hommes, dans le monde du travail. Et cette place chèrement acquise est un droit imprescriptible. Qu’en est-il de leur santé, de leur bonne santé ?

Alors que les parcours de vie, les caractéristiques, les attentes et les revendications de nouvelles générations de femmes ont tellement évolué, alors qu’elles ont appris à se faire entendre dans les médias et les réseaux sociaux, alors que le monde politique a changé, la prise en compte du facteur « santé » s’est-il beaucoup amélioré?

Lors de cette Université d’automne, nous nous proposons de mettre en évidence les facteurs sociaux et politiques qui pèsent sur la santé des femmes sur le plan physiologique et psychologique, en particulier dans le monde du travail, et d’interroger et déconstruire les normes, les préjugés et les comportements en matière de santé des femmes et d’accès aux soins.

Nous aborderons ces différentes dimensions à partir d’analyses et d’éclairages de spécialistes de la place des femmes dans le monde du travail, de biologistes, de médecins, de syndicaliste, de représentant.e.s associatif.ve.s qui défendent les droits des femmes au travail, de représentant d’instances européennes et de politiques engagé.e.s pour l’égalité au niveau français et européen.

Car ces problématiques de la santé et du bien-être global des femmes sont aujourd’hui encore largement minorées, voire occultées. Nous déplorons en France l’absence de travaux épidémiologiques sexués, notamment en santé publique, ainsi que la rareté de recherches et d’essais cliniques sexués.

Cela explique en partie l’occultation des spécificités féminines dans certaines pathologies et l’absence de traitements et de prises en charge adaptés (ou leur retard), qu’il s’agisse de maladies spécifiquement féminines, ou non.

Et ce malgré des coups de projecteurs médiatiques, parfois.

Ainsi en est-il de l’impact des violences sur la santé des femmes, de la prévention et du traitement de certaines pathologies (les pathologies cardio-vasculaires par exemple), de la reconnaissance de pathologies spécifiques telles l’endométriose, ou encore de sujets sensibles, comme la congélation des ovocytes, qui interrogent la bioéthique, le rapport au corps des femmes et leurs choix de vie et professionnels.

Rendre visible ces enjeux des droits des femmes et de la santé, en lien avec leur implication revendiquée dans la société et le monde du travail, amener une réelle prise de conscience des graves discriminations qui nuisent à la santé des femmes et les dénoncer est donc un enjeu central pour un combat féministe, tant en termes de politiques publiques, qu’au niveau des femmes et des praticien.ne.s de la santé.

S’il est important pour l’Assemblée des Femmes et pour ECVF de poursuivre nos engagements en matière de santé sexuelle et reproductive1, il est urgent d’interroger à la suite les nouvelles problématiques liées à la santé des femmes dans leur continuum : santé au travail, santé et pauvreté, santé et violences, sans oublier les questions émergentes de bioéthique.

Notre 26ème Université (qui n’est plus d’été, mais d’automne cette année), se déroulera les samedi 13 et dimanche 14 octobre 2018, Salle de l’Oratoire, prêtée gracieusement par la ville de La Rochelle, avec le soutien de la Région Nouvelle Aquitaine et du Secrétariat d’état à l’égalité femmes/hommes.

Le programme comprend, à côté des débats annoncés, un important temps de théâtre, magique et heureuse surprise militante du samedi soir.

Les repas de midi pris sur place les deux jours selon la tradition, seront l’occasion de poursuivre les échanges entre le public et les intervenant.e.s.

 

1 Actes de la 24ème Université d’été de l’Assemblée des Femmes, « Le corps des femmes marchandisé ».

 

Programme

« DE NOUVEAUX ENJEUX POUR LA SANTE ET LES DROITS DES FEMMES : SANTÉ ET TRAVAIL, SANTÉ ET PRÉCARITÉ, SANTÉ ET BIOÉTHIQUE »

Les 13 et 14 octobre 2018. Salle de l’Oratoire – 6 bis rue Albert 1er – La Rochelle

Programme provisoire au 7 août 2018, le programme définitif sera communiqué fin août.

 

Samedi 13 octobre 2018

9h – 9h 30 : Accueil des participant.e.s

9h 30 – 10h : Ouverture officielle de l’Université d’été :

  • Mot d’ouverture de l’ADF et d’ECVF
  • Jean-François FOUNTAINE, Maire de La Rochelle, ou sa représentante
  • Alain ROUSSET, Président de la Région Nouvelle Aquitaine, ou sa représentante

 

10h00 – 10h30 :  Présentation de l’Université d’automne 2018

« Nouvelles interrogations, nouveaux combats pour les droits des femmes en France et en Europe » : Geneviève COURAUD, présidente de l’ADF

 

10h30 – 12h30  : Conférence introductive 

« Travail, Genre et Santé, poser les problématiques des inégalités femmes/hommes. » Modératrice : Fatima LALEM, secrétaire générale de l’ADF

  • Catherine VIDAL, neurobiologiste, Directrice de recherche honoraire Institut Pasteur, membre du comité d’éthique de l’Inserm
  • Florence CHAPPERT, responsable du projet « Genre, égalités de santé et conditions de travail » de l’ANACT
  • Débat avec la salle (1/2 h)

12h30- 14h déjeuner sur place

 

14h – 17h30 : Table Ronde 1 : Santé des femmes, travail et précarité (modération : ADF)

Avec la participation de personnalités : universitaire, syndicaliste, expert.e et politiques dont Ségolène NEUVILLE, ancienne ministre et médecin hospitalière

  • Débat avec la salle (3/4 d’heure)

 

18 h- 20h : L’ADF et ECVF accueillent Typhaine D.

 

Dimanche 14 octobre

9h – 10h30 Ouverture : droits des femmes et bioéthique : nouvelles techniques, nouvelles avancées ?

  • Laurence ROSSIGNOL, sénatrice, a. ministre des DDF, administratrice de l’ADF,
  • Un expert des questions de bioéthique

 

10h30-12h30 : Table Ronde 2 : « Violences au travail, cardiopathies, endométriose : où en est l’égalité entre les femmes et les hommes au travers de 3 indicateurs de santé » (modération : ADF)

  • Débat avec la salle : ¾ d’ h

12h30 – 14h déjeuner sur place

 

14h – 16h. Europe et santé sexuelle et reproductive des femmes. APPEL de l’ADF en faveur du droit à l’avortement pour toutes en Europe. Avec, sous réserve de leurs disponibilités :

Danielle BOUSQUET, vice-présidente de l’ADF, présidente du HCEF/H

  • Neil DATTA, Directeur exécutif du forum européen parlementaire pour la population et le développement à Bruxelles,
  • Sylvie GUILLAUME, députée européenne,
  • Violaine LUCAS, conseillère régionale Pays de Loire, (clause de l’européenne la plus favorisée)
  • Appel aux partis politiques pour un engagement en faveur de l’avortement pour toutes en Europe.

 

16h Intervention de Mme la Secrétaire d’état, Marlène SCHIAPPA (sous réserve)

 

16h30 : Clôture de l’Université d’automne 2018

Carmelina de PABLO, pour ECVF, Geneviève COURAUD, pour l’ADF.

 

L’université d’automne de l’ADF est co-organisée avec l’association ECVF et reçoit le soutien du Secrétariat d’Etat chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes, de la Région Nouvelle Aquitaine et de la Ville de La Rochelle.

 

Intervenant-es

Liste provisoire et non exhausitive

Danielle BOUSQUET

Présidente du Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes

Danielle Bousquet a été nommée Présidente du HCEfh par arrêté du Premier ministre en janvier 2013.

Ancienne députée des Côtes-d’Armor (1997-20012), vice-présidente de l’Assemblée nationale (2009-2010) et de la Délégation aux droits des femmes et à l’égalité de l’Assemblée nationale (2002-2012), elle a en particulier travaillé sur le sujet de la prostitution (mission d’information de l’Assemblée nationale, 2011), des violences de genre (co-auteure de la loi contre les violences faites aux femmes, 2010) ou encore de l’IVG et la contraception (rapporteure de la loi sur l’IVG, 2001, et de la loi de la contraception d’urgence, 2000)

 

Geneviève COURAUD

Présidente de L’Assemblée des Femmes

Professeure agrégée de lettres à la retraite, Geneviève Couraud a exercé durant 36 ans, dont 32 dans le 13ème arrondissement de Marseille. Militante féministe, associative et syndicale, elle a été membre actif du MLAC à Marseille (1974). Présidente du CIDF- Phocéen (1998), membre du bureau confédéral du MFPF- Mouvement Français pour le Planning Familial (2007-2012), présidente d’ECVF – Élu.e.s contre les violences faites aux femmes (2013-2015), elle est aujourd’hui secrétaire générale de NEGAR-Soutien aux femmes d’Afghanistan. Adhérente de l’Assemblée des Femmes depuis 1998, puis secrétaire générale en 2011, elle succède à Danielle Bousquet à la présidence en Janvier 2016. Elle a été déléguée nationale aux droits des femmes du parti socialiste (1998- 2008), et conseillère d’arrondissements en charge de la culture du 7ème (1995-2001) puis du 8ème secteur de Marseille (2008-2014). Membre de Section du CESE (1999-2001), de l’Observatoire de la Parité entre les femmes et les hommes (2010-2012), elle est depuis 2016 membre du Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes.

 

Carmelina de PABLO

Présidente de l’association « Elu.e.s contre les violences faites aux femmes » Elle est Conseillère municipale EELV de la ville de Montrouge (Hauts de Seine).

Très engagée dans le mouvement associatif, elle est par ailleurs présidente d’une association de formation artistique « Les yeux fertiles des enfants » , ainsi que d’une autre association de défense de la nature « Collectif vert de l’arboretum du Chêne-Vert ».

Elle s’est engagée depuis 20 ans dans les luttes pour l’égalité femmes/hommes, dans son parti politique comme dans son mandat de conseillère municipale. Son engagement à ECVF s’inscrit dans le prolongement de ce parcours.

 

Les Modératrices

Fatima LALEM

Economiste et sociologue, militante féministe

Adjointe au Maire de Paris en charge de l’Égalité femmes/hommes entre 2008 et 2014, Fatima Lalem a également un parcours associatif très engagé en faveur des droits des femmes, de l’éducation à la sexualité, de l’interculturalité, de la laïcité et la citoyenneté.

Elle a ainsi exercé des responsabilités au Mouvement Français pour le Planning Familial, dont elle a été membre du bureau national et responsable de la commission nationale sur la contraception (2000-2007). Elle a également été membre du Conseil Supérieur de l’Information Sexuelle et animatrice d’un groupe de travail sur l’éducation à la sexualité (2004-2005). Elle s’est par ailleurs investie sur les questions de santé, en tant que présidente de l’Adeca (Association départementale de dépistage du cancer du sein (2011-2014).

Engagée contre les violences faites aux femmes, elle a été vice-présidente d’ECVF – Elu.e.s contre les violences faites aux femmes (2012-2015). Son engagement pour les droits des femmes se double d’une attention particulière portée à l’interculturalité et à la citoyenneté. Elle a ainsi été présidente de l’Association pour le développement et la revalorisation de l’interculturel pour la citoyenneté (ADRIC) entre 2004 et 2008. Depuis 2016, elle est Secrétaire Générale de l’Assemblée des femmes.

 

Informations pratiques

 

L’Université d’été de l’Assemblée des Femmes, co-organisée avec ECVF, aura lieu : 

Salle de l’Oratoire – 6 bis rue Albert 1er

17000 La Rochelle

Les frais d’inscription incluent, outre la possibilité d’assister à l’intégralité des débats des deux jours, les déjeuners des 13 et 14 octobre 2018.

 

Vous n’êtes pas élu.e ?

Merci de bien vouloir vous incrire en ligne via ce formulaire à télécharger et à renvoyer accompagné du chèque de règlement à :

Claire Donzel – 18 chemin des Cloches – 74 940 ANNECY LE VIEUX

Vous pouvez bénéficier d’un tarif préférentiel en adhérent à l’association de l’ADF via ce bulletin adhésion 2018

 

Vous êtes élu.e ?

L’université d’été est co-organisée avec l’association ECVF – Elu/es Contre les Violences faites aux Femmes – organisme de formation agréé pour élu.e. Vous êtes donc invité.é à vous inscire à cette formation via ce formulaire. Vous recevez alors un bulletin d’inscription à faire signer et tamponner par votre collectivité.