Dans le cadre de la campagne pour la présidence de l’Assemblée nationale, et alors que trois candidats sont aujourd’hui connus, dont Elisabeth GUIGOU, Jean GLAVANY a déclaré que c'est «l'adéquation d'un homme pour le poste» qui compte et que cela «ne se mesure pas à la longueur des cheveux ou de la jupe».

L’Assemblée des Femmes s’indigne de ces propos sexistes qui laisse à penser qu’une femme ne serait pas qualifiée pour devenir le 4ème personnage de l’Etat. Interroge t-on à l’inverse le sexe masculin sur ses compétences ou sa légitimité à briguer ou à occuper tel ou tel poste de pouvoir ?

Du comte de Montboissier à Bernard Accoyer, de 1789 à 2012, seuls des hommes ont eu l’honneur de monter au perchoir : privilège du sexe masculin. Déclarons la fin des privilèges ! De nombreuses femmes pourraient très légitimement briguer le perchoir. En douter est une insulte faite au principe d’égalité. 

Yvette ROUDY et Danielle BOUSQUET